Mind seasons / Les Saisons de l’Esprit

On fall times

Days follow one another

Time streams downward, slowly but surely

Passing you closely, without you even noticing

So engrossed are you in your daily activities

And deaf dissatisfaction gnaws at you

Which dream have you locked inside your heart?

Which emotions have you ignored for so long and reduced to a silent whisper?

Which storm have you contained and sedimented in the very bones of your body?

Your mind is so muddled, your body is so tired, your time is counted

You don’t have the energy or the lucidity to move forward

From this state of stillness and awaiting

 

Sometimes in life

Sudden powerful winds rise and start blowing

Northern and eastern winds bring about dry air and existential questions

Southern and western winds are laden with heavy clouds of emotions

Angry streaks of black color the sky up high

And warm southern winds twirl around your stomach, your throat

Until you express all the anger that has accumulated there, shouting it outward

Then the wind changes direction to west uncovering a pocket of sadness

And clouds burst, and a long awaited rain waters your mind and your cheeks

It clears the dust and the haze that have accumulated there

And your heart swells with a fluid warmth singing of spring

 

And now elation is yours and you feel that everything becomes possible anew

All your body feels rejuvenated and strong

You are going to accomplish your dreams, yes you are going to

You have valiantly overcome life’s difficulties and setbacks

And from now on nothing will be able to stop you

Every morning you wake up at dawn, eager about this new day that starts

This new day that brings promises and novelty to your child’s soul

 

Until a new setback slides down like a rock and cuts your path near a precipice

You are forced to go down in the valley and walk in the undergrowth

And you lose sight of beacon of light that had been guiding you

At first, you have the energy to cut your way through the undergrowth despite all the brambles

But after a while your stamina drops and you settle down to follow another path that is not yours

And you keep on walking without knowing where you are going, until each of your steps becomes meaningless and tiring and your eyes can no longer see in the fog where your mind bathes

And thus the cycle starts over

 

Things are not always so regular

For some minds remain stuck in one particular season

Many in the grayness and stillness of fall’s routine

Others in the darkness and dreariness of wintry existential questions

There are also those who are caught in ceaseless storms of anger, or perpetual drizzle

And these storms lose their clearing power

There are many shades in between

Patterns that repeat themselves

Days of fall that follow days of spring for no apparent reason

What matters in those occurrences is to let the wind of emotions blow freely

To give free reign to your feelings, at least internally

To write or draw them down on a paper until you sort them out

Which emotion is pushing you into the right direction, toward new understandings?

Which emotion is holding you in a self-destructive pattern of ego?

Don’t let this numbness stall your hands and your feet

Don’t let this cushion of haze gently fool your mind

Fast retrieve the lit tower that guides your path

 

And perhaps someday your dream will become true

This precious seed you were given at the beginning of times

This plant you have taken care of through countless lives

Will finally start sheltering the traveler in the shade of its boughs and its fine foliage

And bearing fruits to quench her thirst for truth and for love

Helping her grow her own tree and plant it not very far from yours

And soon the wild steppes will become a forested orchard

And summer will finally light every corner of your mind

And spread its gentle warmth in your heart

 

Stilled forests – Fall times

Stilled forests - Fall times - Erik Vincenti Zakhia

 

Winter of the mind

Winter of the mind - Erik Vincenti Zakhia

 

Bleeding skies – Spring times

Bleeding skies - Spring times - Erik Vincenti Zakhia

 

City of temples – Summer times

City of temples

 

 

Les Saisons de l’Esprit

 

En automne les jours se succèdent

Le temps s’écoule, doucement mais sûrement

Mais vous ne vous en rendez plus compte

Tellement vous êtes distraits par vos activités quotidiennes

Une sourde insatisfaction vous pèse

Quel rêve avez vous enfermé dans votre cœur ?

Quelles émotions avez vous ignoré si longtemps qu’elles ont été réduites à un silencieux  murmure?

Quelle tempête avez-vous contenu et sédimenté dans vos os ?

Votre esprit est confus, votre corps est las, votre temps est compté

Vous n’avez pas l’énergie ni la lucidité d’aller de l’avant

De fuir cet état d’attente et d’immobilité

 

Quelques fois dans la vie

Des vents soudains et puissants se lèvent et commencent à souffler

Les vents du nord et de l’est apportent de l’air sec et des questions existentielles

Les vents du sud et de l’ouest sont chargés de nuages et d’émotions

De violentes stries noires colorent le ciel

Et des vents chauds du sud s’enroulent autour de votre estomac, de votre gorge

Jusqu’à ce que vous exprimiez toute la colère qui s’y est accumulée

Ensuite les vents de l’ouest dévoilent une poche de tristesse sous la strate de colère qui s’est consumée

Et les nuages éclatent, et les pluies tant attendues arrosent votre esprit et vos joues

chassant la poussière et la brume qui s’y étaient accumulées

Et votre cœur palpite sous l’effet d’une chaleur retrouvée qui chante le printemps

 

Et maintenant l’allégresse est votre et vous sentez que tout est à nouveau possible

Et votre corps semble rajeuni et fort

Et vous allez accomplir vos rêves, oui vous allez les réaliser

Vous avez vaillamment bravé les difficultés de la vie

Et à partir de maintenant rien ne vous arrêtera

Vous vous levez à l’aube chaque matin, heureux de cette nouvelle journée qui commence

Cette journée qui apporte les promesses et les couleurs auxquelles votre âme d’enfant aspirait depuis des années

 

Jusqu’à ce qu’un nouveau revers ne tombe comme un rocher et coupe votre chemin qui longe un précipice

Vous êtes forcés de descendre dans la vallée et marcher dans les sous-bois

Et vous perdez de vue ce phare illuminé qui vous guidait

Au début, vous avez l’énergie d’avancer dans la broussaille malgré toutes les lianes et les épines et les bestioles qui vous collent à la peau

Mais après un certain moment votre endurance tombe et vous vous résignez à suivre un chemin qui n’est pas le vôtre

Et vous continuez à marcher sans savoir où vous allez, jusqu’à ce que chacun de vos pas perde de son sens et que vos yeux ne puissent plus voir dans la brume qui a envahi votre esprit

Et ainsi le cycle recommence avec un nouvel automne

 

Les choses ne sont pas toujours aussi régulières

Certaines personnes restent coincées dans une saison particulière

Beaucoup s’embourbent dans la grisaille et la fausse tranquillité de l’automne

D’autres dans l’obscurité et la tristesse d’un hiver sans fin de questionnements existentiels

Il y a aussi ceux qui sont pris dans des tempêtes de rage incessante, ou une bruine perpétuelle

Et ces tempêtes perdent leur pouvoir de purification et de renouvellement

 

Il y a beaucoup de teintes intermédiaires

Des jours d’automne qui suivent des jours de printemps sans raison apparente

Ce qui compte dans ces situations est de laisser le vent des émotions souffler librement

De donner libre-cours à vos sentiments, du moins à l’intérieur de vous

Les écrire ou les peindre ou les chanter jusqu’à ce que vous compreniez d’où cette colère et cette tristesse proviennent

Quelles émotions vous poussent dans la bonne direction, vers de nouvelles compréhensions ?

Quelles émotions vous retiennent dans un cycle d’autodestruction ?

Ne laissez pas ces torpeurs engourdir vos bras et vos jambes

Ne laissez pas ce coussin de brume doucement endormir votre esprit

Retrouvez-vite cette tour de lumière qui guide votre chemin

 

Et peut-être qu’un jour votre rêve deviendra réalité

Cette précieuse graine qui fait partie de votre essence depuis le commencement des temps

Cette plante dont vous vous êtes occupés vie après vie

Commencera finalement à abriter la voyageuse à l’ombre de ses branches et de son feuillage

et portera enfin des fruits pour satisfaire sa soif d’amour et de vérité

Aidant son arbre à grandir pas loin du vôtre

Et bientôt ces steppes sauvages deviendront un verger

Et l’été illuminera enfin chaque recoin de votre esprit

et baignera votre cœur de tendre chaleur

 

About Erik Vincenti Zakhia

Dear all, I will share with you many of my poems, short stories, drawings and paintings telling of my journey of self-discovery and my reflections about life, love, art, spirituality, sexuality, kundalini rise, and twin flames. You will also come across many paintings by Chantal Peguiron that are intimately related to my artwork. They all fall within the realm of Hazen. If you like it, don’t hesitate to subscribe and follow me on social media! May you have an inspiring visit!

2 comments

  1. Ton poème est beau beau beau beau! Il y a beaucoup d’image de forêts c’est très beau tout ces bois!

    Liked by 1 person

  2. Truly beautiful. When I look at the paining and then read the words, I don’t know. Such power within both.

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s