Vent d’août

Le soleil n’avait daigné se lever
Remplacé par un halo livide,
Des reflets métalliques inondaient le ciel
D’un blanc inoxydable, presque aveuglant,
L’air était lourd et immobile
Aussi pesant qu’une colonne de granite gris,
La sueur coulait à flot
Dans la campagne assoiffée
Toute la nature se taisait
Assommée par la chaleur torride
En attente de quelque chose qui ne venait point.

Un vent se leva soudain
Résultat d’une lutte féroce, acharnée,
Entre l’air froid de l’océan
Et l’air chaud du continent,
Très vite,
Le vent devint bourrasque
Secouant les arbres avec frénésie
Ridant la mer de milliers de petites vagues frémissantes
Soulevant poussières et feuilles mortes
Et en garnissant les pavés de la place.

Le ciel perdit le peu de couleurs qui lui restaient
Et le vent tomba aussi rapidement qu’il s’était levé,
Essoufflées, les masses d’air gisaient
L’air froid avait été repoussé au delà des mers
Et l’air chaud savourait la bataille gagnée, la paix acquise
Le temps d’une nuit au moins,
Enveloppant la campagne dans ses langoureuses étreintes.

Ce récit devait s’arrêter là
Levant le voile sur cette intimité durement méritée.

Cependant,
Les éléments en décidèrent autrement,
Alors que les arbres, les maisons et la mer reposaient
Dans une quiétude retrouvée, bercés par de chaudes vapeurs,
Le vent se leva, et la lutte reprit, implacablement.

Ce vent était cette fois-ci le résultat de forces inconnues, mystérieuses
Que seule une dispute entre les dieux pouvait engendrer,
Un vent brûlant, un vent d’incendie
Un vent d’angoisses et d’insomnies
Les arbres craquaient, crépitaient
Prêts à s’enflammer à la première étincelle,
La mer s’apprêtait à fuir, dissimulée par la nuit
Abandonnant derrière elle de nombreux trésors longtemps accumulés
Des bas-fonds tapissés d’herbes, de cavernes et de coraux
Des épaves de navires, des monceaux de cités englouties,
Le chant rassérénant des cigales n’était plus qu’un souvenir
À grands cris, les coqs annonçaient une aube qui ne venait point,
Les chiens aboyaient et se débattaient furieusement
Dans un tintement de chaînes métalliques,
D’autres rumeurs indistinctes emplissaient la campagne
Des frottements, des bruissements, des glapissements.

Ignare des évènements qui se préparaient
Tout le village s’était endormi
Dans le havre merveilleux des songes.

Seul un enfant se tournait et se retournait
Transpirant à grosses gouttes dans la moiteur de son lit,
Encore une fois, le sommeil l’avait fui,
La peur de l’inconscient dans lequel on sombre en s’endormant
Le tiraillait dans tous ses membres,
La fenêtre apportait aussi son lot d’angoisses
Des bruits inconnus, enveloppés de la noirceur de la nuit
Faisaient faire des bonds à son cœur effrayé,
Le visage brûlant, l’esprit engourdi, les idées incohérentes
L’enfant acceptait son sort dans l’attente impatiente de l’aube
Qui, déployant ses grandes ailes orangées
Se serait imposée par derrière les montagnes
Chassant les ténèbres et imposant la clarté et la joie.

Il ne faut pas troubler les enfants dans leurs espérances
Et ce poème se gardera bien d’enfreindre cette règle.

Le temps continuera de fasciner les hommes
Comme il fascina les premiers agriculteurs et les premiers navigateurs,
Une nouvelle histoire s’écrit tous les jours dans le ciel
Dénué d’empires, sur lequel l’homme n’a pas son mot à dire
Des continents de nuages, des îlots, des montagnes
Des vallées, des animaux disparus ou jamais existés
Le négatif de la surface terrienne
L’imitant, la moquant,
Tyran des saisons et des couleurs
Toit immuable de toutes les nations
À égalité sur le spectre entre le bleu et le gris,
Le ciel est un pourvoyeur de messages
Qu’il ne faut jamais dédaigner.

About Erik Vincenti Zakhia

Dear all, I will share with you many of my poems, short stories, drawings and paintings telling of my journey of self-discovery and my reflections about life, love, art, spirituality, sexuality, kundalini rise, and twin flames. You will also come across many paintings by Chantal Peguiron that are intimately related to my artwork. They all fall within the realm of Hazen. If you like it, don’t hesitate to subscribe and follow me on social media! May you have an inspiring visit!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s