Un adieu

De tristes journées se succèdent,

Un vent glacial balaie les rues désertes

De rares passants se bousculent, indifférents,

Tiré du lit avant que les premières lueurs ne chassent la nuit

Le cœur serré, la gorge nouée,

Sans autre but que de survivre,

Rentrer éreinté au crépuscule

Sans jamais trouver de paix

Les songes hantés par le regret.

 

Qu’un printemps mette fin à cet hiver

Qu’une chaleur bienfaisante fasse fondre cette glace qui m’étouffe

Que le soleil lève le voile noir de mon âme,

J’aimerais pouvoir battre des ailes

Et voyager vers des cieux plus radieux

Libre comme un brin dans le vent

Ou comme l’eau des torrents.

 

Mais non, cette triste réalité m’enchaîne

Transi de mélancolie, sans espoir

A quoi rime la vie

Dans ce donjon  maudit ?

 

Toutefois

Ne crains rien pour moi,

La force puise son essence

Au sein de l’épreuve et du malheur

Et dans l’océan de la faiblesse,

Je sortirai des abîmes de ce puits

Endurci et grandi

Tel un cèdre s’élevant

Au dessus d’une tempête de tourments.

 

écrit en janvier 2015

About Erik Vincenti Zakhia

Dear all, I will share with you many of my poems, short stories, drawings and paintings telling of my journey of self-discovery and my reflections about life, love, art, spirituality, sexuality, kundalini rise, and twin flames. They all fall within the realm of Hazen. May you have an inspiring visit!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: