Monthly Archives: January 2008

Quand le romantique devint amoureux

Quand le romantique devint amoureux L’eau limpide baignait le sable blanc, Timidement, elle foulait le tronc du châtaigner, Majestueux et imposant il contrastait, Avec l’azur infini du lac et du ciel. Son visage se réfléchissait gracieusement, Ses longs cheveux châtains

Quand le romantique devint amoureux

Quand le romantique devint amoureux L’eau limpide baignait le sable blanc, Timidement, elle foulait le tronc du châtaigner, Majestueux et imposant il contrastait, Avec l’azur infini du lac et du ciel. Son visage se réfléchissait gracieusement, Ses longs cheveux châtains

L’Homme et la Nature

L’Homme et la Nature Autrefois, cette terre chérissait la végétation, Verte, dense et vivante, elle constituait, Patrimoine et richesse de sa mère nourricière ; Ces arbres vivaient et mouraient… mouraient et vivaient, Tout en lui empruntant l’eau, les minéraux et

L’Homme et la Nature

L’Homme et la Nature Autrefois, cette terre chérissait la végétation, Verte, dense et vivante, elle constituait, Patrimoine et richesse de sa mère nourricière ; Ces arbres vivaient et mouraient… mouraient et vivaient, Tout en lui empruntant l’eau, les minéraux et

La Rosée de l’Espoir

Fine et fraiche, elle hydrate chaque matin, Avant le lever du soleil, les plantes du jardin. Semblable à des perles, les gouttelettes glissaient, Sur les feuillages verdoyants, qui s’en retrouvaient tout reluisant. Mon âme était sensible à cette beauté fugitive

La Rosée de l’Espoir

Fine et fraiche, elle hydrate chaque matin, Avant le lever du soleil, les plantes du jardin. Semblable à des perles, les gouttelettes glissaient, Sur les feuillages verdoyants, qui s’en retrouvaient tout reluisant. Mon âme était sensible à cette beauté fugitive

La Mer

La Mer, Étendue azure bercée par un vent frais, Une immensité bleue, un horizon sans fin, De grosses vagues aux crêtes blanches et brun, Sous le soleil radieux, mer et ciel s’embrassaient. La mer source de tempêtes et de naufragés,

La Mer

La Mer, Étendue azure bercée par un vent frais, Une immensité bleue, un horizon sans fin, De grosses vagues aux crêtes blanches et brun, Sous le soleil radieux, mer et ciel s’embrassaient. La mer source de tempêtes et de naufragés,